Lois Universelles et Langage des Oiseaux – 2ème Étape

Les 7 lois universelles et le langage des oiseaux
Les 7 lois universelles et le langage des oiseaux

L’étude des Sept Lois Universelles qui régissent toutes choses, constitue la 2ème étape de cette initiation au langage ou Langue des Oiseaux..

Nul ne saurait entendre le langage des Oiseaux sans intégrer au préalable la compréhension des Sept lois universelles fondamentales. Elles se trouvent réunies dans le Kybalion, petit ouvrage qu’on attribue au personnage mythique d’Hermès Trismégiste.

Les Sept Lois Universelles

Commençons par une présentation rapide d’Hermès Trismégiste, personnage légendaire à en croire les historiens. Trismégiste signifie le Trois Fois Grand, ce qui sans l’ombre d’un doute est un surnom empreint d’ésotérisme lié à la symbolique du Trois (qui est un nombre magique, base de la géométrie sacrée sur laquelle nous reviendrons dans cette étape). Hermès le Trois Fois Grand semble avoir apporté au monde égyptien, puis grec les fondements d’une nouvelle philosophie ou plutôt cosmogonie, qu’on nommera l’Hermétisme.

Clément d’Alexandrie (vers 150/215) indique : « il existe quarante-deux livres d’Hermès Trismégiste, dont trente-six contiennent l’ensemble de la philosophie égyptienne et six autres la médecine. Les livres d’Hermès, d’une absolue nécessité, s’élèvent donc à quarante-deux. Sur ce nombre, trente-six renferment la philosophie des égyptiens que doivent connaître dans toutes ses parties les prêtres ». C’est à la Renaissance qu’il devient le père de l’alchimie. Dix-Sept de ces livres sont regroupés dans le « Corpus Hermeticum » qui constitue la véritable clef de voûte de l’Alchimie.

Hermès Trismégiste est considéré comme l’auteur, entre autres, « des Tables d’Émeraude » et du « Kybalion », ouvrage qui sera au centre de mon propos dans l’évocation des 7 lois universelles, qui expliquent de manière simple et grandiose à la fois, tous les principes du Cosmos.

Avant d’entrer dans l’étude, à proprement dit, de ces Lois Universelles, je me réfèrerai tout d’abord à la sixième de ces lois, dite de causalité, qui enseigne comment rien n’est le fruit du hasard, que ce dernier, comme la chance, sont des inventions de ceux qui ne connaissent, ni ne comprennent la loi de causalité.

J’insisterai sur ce point, parce qu’il est essentiel et primordial encore une fois. En effet, c’est en entendant la nécessaire abolition du hasard et de la coïncidence dans nos vies, qu’on entre dans une conscience où l’on réalise toute la portée de la langue des Oiseaux et la symbolique qu’elle traduit ; ceci est capital. Ainsi, et seulement ainsi, nous pouvons comprendre comment et pourquoi les signes présents dans le langage, que l’on attribue souvent et à tort au « hasard » ou à quelque « jeu de mots », sont en fait des signes donnés pour nous guider. Vous comprendrez également qu’ils ont été lentement créés par l’Inconscient (l’Esprit, le Un) au cours des âges et de l’évolution, pour s’adapter exactement aux questions des Êtres vivant dans une époque, parce qu’ils communiquent entre eux. Le langage n’est qu’une résultante de cette loi de causalité.

Les 7 Lois Universelles

« Les principes de vérité sont au nombre de sept, celui qui les connaît et les comprend possède la clé magique qui ouvrira toutes les portes du Temple avant de les toucher »

« Quand les oreilles de l’élève sont prêtes à écouter, c’est alors que les lèvres du Maître viennent les remplir de sagesse./. »

Hermès Trismégiste – Le Kybalion

Première loi : loi du Mentalisme

« Le Tout est Esprit, l’univers est mental ».

Deuxième loi : loi de Correspondance

« Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. »

Troisième loi : Loi de Vibration (également dite loi de l’attraction)

« Rien ne repose ; tout remue ; tout vibre ».

Quatrième loi : Loi de Polarité

« Tout est double ; les pôles opposés peuvent être conciliés ; tout a deux extrémités ; les extrémités se touchent ; tout est et n’est pas en même temps ; toutes les vérités ne sont que demi-vérités ; toute vérité est moitié fausse ; chaque chose a deux faces ».

Cinquième loi : Loi du Rythme

« Tout coule, à l’intérieur et à l’extérieur, tout a sa durée, tout évolue puis dégénère ; le balancement du pendule se manifeste en tout ; la mesure de son oscillation à droite est semblable à la mesure de son oscillation à gauche ; le rythme est constant ».

Sixième loi : La loi de Causalité

« Toute cause a son effet ; tout effet a sa cause ; tout se passe conformément à la loi ; La Chance n’est qu’un nom donné à la loi méconnue ; il y a de nombreux plans de causalité, mais rien n’échappe à la loi ».

Septième loi : Loi du Genre

« Il y a un genre dans toutes choses ; tout a ses principes masculins et féminins ; le genre se manifeste à tous les niveaux ».

Analyse et relation des Sept Lois Universelles avec le langage des Oiseaux

Procédons donc maintenant à une analyse approfondie de chacune de ces Sept lois universelles présentes dans le Kybalion, afin d’entendre toute leur profondeur et leur implication dans la réalité quotidienne, grâce au langage des Oiseaux.

Selon Hermès Trismégiste, rien n’échappe à ces Sept lois fondamentales et c’est ce que nous allons découvrir tout au long de cette étude.

ANALYSE DES 7 LOIS

I – Première loi : loi du Mentalisme

« Le Tout est Esprit, l’univers est mental ».

Ici, il est important de faire la différence entre ce qui est exprimé et donc intelligible par nous, Êtres humains, et ce qui appartient au non mental, à ce qui est « métaphysique » si je peux m’exprimer ainsi. Les Lettres, donc les mots, les Nombres et les chiffres sont des expressions mentales, et vous entendez bien que ce qui les englobe (le Tout) est lui Esprit, c’est à dire métaphysique.

Ici commence la Dualité de toute chose que nous verrons plus loin. Dans le terme Dualité il n’y a rien de péjoratif comme je le lis souvent sur des sites dédiés à l’Éveil spirituel, qui invitent à dépasser notre dualité… Il est là un contresens majeur, parce que la Dualité dans l’Unité est notre réalité ultime (la réunification de l’Être). Ils confondent, je crois, la dualité et la dissociation dont j’ai déjà parlé dans l’étape N°1 de cette initiation.

Un des mots en LDO (Langue des Oiseaux) qui exprime ainsi le mieux la dissociation nous est donné dans une image : le mot Science qui devient « Scie (la) Anse » du « D – symbole de la dualité de la Création » (qui relie le Haut et le Bas par une courbe – le Céleste et le Terrestre), pour dissocier tout dans une multitude de Sciences…

Le langage des Oiseaux en s’infiltrant et en se faufilant au cœur de la réalité du langage, (puisqu’il est mental), au travers des assonances, de la phonétique, des euphonies et autres, témoigne de la présence de l’Esprit (qui n’est pas mental) derrière la Lettre ou le Nombre. C’est là une évidence, sinon cela signifierait que le mental s’infiltre lui-même…

II – Deuxième loi : loi de Correspondance

« Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. »

Cette loi est la définition même de ce qu’est aujourd’hui la physique quantique. Là aussi le terme « Quantique » est devenu très à la mode mais il est bien souvent employé dans un sens erroné. Les « Quantas » sont des quantités qui varient de façon discontinue et qui servent de base théorique à la physique quantique qui est, elle, l’étude des relations quantiques dans les interactions des différents composants de la matière (pour être simple).

En résumé cela signifie que c’est l’étude des relations « quantiques » dans l’infiniment petit (particules) qui sert de base de travail afin de comprendre ce qui se passe dans l’infiniment grand (l’Univers), pour être encore plus simple.

C’est donc bien l’application exacte de la formule énoncée dans cette deuxième loi dite de correspondance : « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. »

A.    Deuxième loi universelle et langue des Oiseaux

Pour entendre la relation qui existe entre cette loi de correspondance et la langue des oiseaux, il faut procéder de la même manière que la Physique Quantique. Par exemple, lorsque vous regardez un tournesol et que vous remarquez cette parfaite spirale que dessinent ses graines, il vous vient à l’esprit le Nombre d’Or, ou la suite de Fibonacci, ou simplement la beauté géométrique de ces formes qui semblent dessinées par un artiste.

Il existe une relation évidente entre la nature et les Nombres et pour s’en convaincre il suffit de regarder la Fleur de Vie.

Pythagore y voyait l’empreinte divine, et il considérait à juste titre que les nombres étaient l’Essence de l’Univers.

B.    Le Raisonnement par Analogie

Ainsi, si le Nombre est à l’Univers, ce que la particule est à la matière, les Lettres sont alors l’expression de la Volonté de ce grand architecte du Tout. En effet énormément de traditions parlent du Verbe Créateur, dont notre Bible, et si vous remarquez bien, la langue des Oiseaux nous en montre la réalité.

Prenez par exemple le mot Vers, il est dans une multitude d’autres mots… et il est à la base du mot Verbe. Nous le « ver-rons » dans Univers, Envers, Travers, Revers…et Vertu, Verge, Version, Verset, Vernis…. Dont je vous fais une brève analyse en LDO (langue des Oiseaux) :

C.    Exemples

Vertu : ce qui tue le Verbe (abstinence sexuelle, abstinence en général des plaisirs dans sa forme première. Aujourd’hui le sens à un peu évolué et considère la morale, la générosité, la bonté comme des vertus)

Verge : organe sexuel masculin à entendre en LDO comme Vers Je – c’est à dire comme l’Univers que peut créer le « Je » mais qui peut aussi s’entendre parfois dans le sens de l’égo démesuré qui prend ses racines dans le machisme et ramène tout à lui.

Version : en LDO signifie ce qui est Vers Sion, (mont Sacré de Jérusalem) donc une interprétation donnée par la Bible ou la Thora.

Verset : en LDO VER Sait, le Verbe Sait. Tous les écrits dits « Saints » se composent ainsi de versets.

Vernis : En LDO ce qui nie le Verbe. Le vernis est une couche de protection, comme le sont tous les dogmes… et ils enferment souvent comme on étouffe sous une couche de vernis, ils empêchent la respiration qui est la vie.

Voici donc une présentation succincte de quelques mots que nous analyserons mieux plus loin, qui aident ainsi à mieux comprendre ce que représentent les Lettres et donc la langue des Oiseaux vis à vis de la deuxième loi universelle dite de Correspondance.

III – Troisième loi : Loi de Vibration (ou loi de l’attraction)

« Rien ne repose ; tout remue ; tout vibre ».

La notion « d’atome » existe depuis le V° Siècle avant JC et semble attribuée aux philosophes grecs Leucippe puis Démocrite qui établirent une théorie rassemblant les premiers fondements de la structure de la matière. Ils procédèrent par analogie afin de mettre en avant cette théorie de la composition atomique en mouvement de la matière, et notamment en regardant le fonctionnement des astres, et de la terre. Même de nos jours il semble que la majorité des humains conscientise très peu, ou pas que la matière est en mouvement permanent.

A.    La matière

Nous sommes (pour en faire un résumé succinct) composés d’atomes, composés eux-mêmes de particules qui se meuvent et vibrent selon certaines fréquences afin de garder une cohésion au cœur du vide où elles se trouvent et par accumulation numérique donner l’impression du solide. Les récentes études du CERN (Centre Européen de la Recherche Nucléaire) et son grand collisionneur de Hadrons (LHC) mettent en évidence les particules élémentaires de la matière, dont le Boson de Higgs, particule complexe « ultime » qui permet aux autres particules élémentaires (quarks par exemple) d’acquérir leur masse lorsqu’ils entrent en relation avec justement le champ de Higgs qui lui donne son nom. Cette particule présente dans le champs de Higgs à le pouvoir de faire « Être » ou « ne pas Être » en quelque sorte puisqu’elle n’attribue une masse que sous certaines conditions et à certaines particules.

B.    Relation entre la loi de vibration et la langue des Oiseaux

Afin de faire la relation entre la troisième loi (dite de vibration) des sept lois universelles et le langage des Oiseaux, il faut se remémorer le pouvoir du Son que j’ai évoqué dans la 1ère étape. En effet, j’y faisais référence au pouvoir créateur du Son, qui est une vibration, donc une onde d’une certaine fréquence. Les mots sont dès lors les véhicules de la pensée qui les génère sur une certaine fréquence, dans le monde créé. En tant que fréquence, ils se comportent à l’identique des particules de la matière (qui sont de petites masses dans le vide liées entre elles par des énergies). Ils se composent eux aussi de silence et de « bruit » liés entre eux par la pensée. La pensée elle-même est une fréquence qui se manifeste dans le Créé au travers des mots.

Pour en revenir à la langue des Oiseaux, si elle privilégie le son, par la phonétique souvent, c’est parce qu’il y a des sons qui résonnent en nous. (Résonner en LDO – Re Sonner signifie que quelque chose a déjà Sonné, donc existe déjà en nous, et ce « quelque chose » va Re Sonner). Vous ferez alors la relation avec les pouvoirs attribués aux mantras, aux prières, et autres manifestations sonores, tambour chamanique, bâtons de pluie… qui permettent d’entrer en relation avec une autre dimension du réel par résonance « Ré-Sonance ».

IV – Quatrième loi : Loi de Polarité

« Tout est double ; les pôles opposés peuvent être conciliés ; tout a deux extrémités ; les extrémités se touchent ; tout est et n’est pas en même temps ; toutes les vérités ne sont que demi-vérités ; toute vérité est moitié fausse ; chaque chose a deux faces ».

S’il manquait une définition juste à la Dualité, celle-ci est sans en douter la meilleure. Ainsi voilà l’explication dans toute sa profondeur du terme Dualité rapporté à l’humain, si mal compris parfois.

Analysons maintenant chaque partie de cette loi afin de l’entendre au mieux et de faire une relation avec la langue des Oiseaux.

A.    Analyse

Tout est Double : ne nécessite pas d’approfondissement particulier puisque c’est une affirmation qui s’explique ensuite avec le reste de la loi.

Les pôles opposés peuvent être conciliés : Le magnétisme que nous connaissons, l’électricité, sont des exemples de cette loi. Le plus + et le moins – s’attirent en courant continu, comme en magnétisme. D’ailleurs en LDO, il est un terme que j’affectionne particulièrement qui est celui « d’aimants » pour désigner cette attirance des opposés. C’est là effectivement le principe fondamental de la loi d’Amour.

Tout à deux extrémités; les extrémités se touchent; tout est et n’est pas en même temps : le symbole du Taiji-Tu qu’on connait mieux comme Yin/yang est le symbole parfait de cette affirmation. Dans notre vie courante il y a la Nuit et le Jour, la Vie et la Mort, le Chaud, le Froid… et pour comprendre comment les extrémités se touchent il faut entendre « Tout est et n’est pas en même temps ». Cela signifie que ce qui est dans le manifesté, le réel, possède son double dans le non matérialisé, métaphysique et qu’il s’inverse comme dans le symbole du Taiji-Tu. Ainsi le Réel, le Conscient possède deux extrémités, qui s’inversent dans l’Inconscient, le non matérialisé ou métaphysique. On croit souvent à tort que le Yin Yang du Tao signifie le bien et le mal, ou des valeurs opposées dans le réel. Le Tao exprime seulement la Dualité, entre ce qui est et ce qui n’est pas, en égalité parfaite et opposée.

Toutes les vérités ne sont que demi-vérités ; toute vérité est moitié fausse ; chaque chose à deux faces : C’est là l’application de ce que nous venons de voir avec TOUT ce qui existe. La Vérité se manifeste par une pensée puis des mots dans le réel et possède donc son pendant dans le non manifesté qui en est exactement l’opposé. Les vérités que nous connaissons n’existent que dans le monde créé, elles sont sous-tendues par leur opposé exact et inversé dans le non manifesté qui donne sa réalité physique au manifesté. Ainsi ce qui est vrai dans le manifesté ne l’est pas au sens propre et dans sa totalité, puisqu’il « existe » son inverse dans le non manifesté. Il s’agit d’entendre que tout dépend du point de vue où l’on se place, soit dans le manifesté, soit dans le non manifesté.

B.    La loi de Polarité et la langue des Oiseaux

La langue des Oiseaux nous transmet cette réalité de la Dualité en toutes choses de maintes façons, dont la plus claire, est celle évoquée dans l’Étape N°1 au travers des Mots de l’Envers ou du « un », des Mots du « Deux » et des Mots du « Trois » .

Vous constaterez plus loin qu’il n’est là aucun « hasard » à ce que cela soit ainsi. En effet le « un », le « Deux » et le « Trois » sont les chiffres qui constituent le 1er Ternaire de la Réalité (nous approfondirons les Trois ternaires en étape N°3), qui est métaphysique, puisqu’il est le pendant incréé, non manifesté de la réalité que nous connaissons, qu’il est son équilibre et qu’il la sous-tend. Notre réalité physique, appartient, elle, au 2ème Ternaire (Quatre, Cinq, Six) que nous aborderons aussi dans l’étape N°3.

V – Cinquième loi : Loi du Rythme

« Tout coule, à l’intérieur et à l’extérieur, tout a sa durée, tout évolue puis dégénère ; le balancement du pendule se manifeste en tout ; la mesure de son oscillation à droite est semblable à la mesure de son oscillation à gauche ; le rythme est constant ».

Cette cinquième Loi, dite Loi du Rythme évoque expressément le Temps, présent en Tout et également dans le non-manifesté, ou ce qui est « métaphysique », c’est à dire le pendant de notre réalité dans la dualité qui est l’opposé de ce que nous connaissons. Vous comprenez alors pourquoi le mot Temps est toujours au pluriel, il n’y a pas un Temps mais au moins Deux Temps, l’Un étant l’opposé de l’Autre. C’est ce qui est mentionné dans la phrase : Tout coule, à l’intérieur et à l’extérieur, tout a sa durée.

Si l’on considère ces deux Temps, donc un Temps « extérieur », et un Temps opposé ou inversé vers « l’Intérieur », qui constitue le début de la loi, la phrase : « tout a sa durée, tout évolue puis dégénère » ainsi que le reste qui évoque le balancement d’un pendule dont la mesure de l’oscillation à droite est égale à la mesure de son oscillation à gauche, dans un rythme constant, nous permet de déduire : que le Temps s’inverse dans un rythme constant, ce qui explique la durée de toute chose et notamment le vieillissement et la mort. Il existe là l’explication du processus d’évolution (extérieur) caractérisé par la naissance, puis la jeunesse, et celui d’involution (intérieur) caractérisé par la vieillesse, puis la mort, que nous connaissons et qui se produit également de façon opposée dans le pendant du réel manifesté, à savoir dans sa réalité non manifestée.

La science actuelle avec 1Jean-Pierre Garnier-Malet, physicien en docteur en mécanique des fluides, nous représente le Temps comme quelque chose de non linéaire, mais plutôt fait de pointillés. Les pointillés sont le Temps que nous vivons, et ce qui se trouve entre, que l’on pourrait qualifier de « trous » dans le temps que nous vivons, permettraient d’accéder à un autre Temps, qui pour ma part est celui de l’Envers, qui est ainsi exprimé dans les mots de cette cinquième loi.

____________________

1Jean-pierre Garnier-Malet né en 1940 en France, dans la Vienne.
Physicien (Doctorat de mécanique des fluides) : auteur de la Théorie du Dédoublement de l’Espace et du Temps (The Doubling Theory, 1988). Site web : https://www.garnier-malet.com/

Relation du langage des oiseaux avec la cinquième loi des 7 lois universelles

La langue des Oiseaux nous aiguille beaucoup sur la réalité de ces Temps différents dans les mots : Instant et Constant, puis enfin parce qu’existe la dualité : Distant.

Voici l’explication : L’Instant est le Temps du « un » puisque « In » signifie en LDO « un » c’est donc l’« un » « stant » pour « temps ». Ensuite Constant est le Temps du Créé puisque le préfixe « Con » exprime le Créé et « stant » est « temps », comme nous l’avons vu avant.

La dualité du Créé (où l’on vit) est évoquée dans la langue des Oiseaux par « Distant » qui signifie dans le mot lui-même une notion d’espace (distance), mais aussi de Temps en LDO puisque « Di » est Deux et « stant » est « Temps ». Cela s’explique par la théorie de la relativité restreinte d’Einstein où Temps et Espace se confondent en Espace-Temps.

VI – Sixième loi : La loi de Causalité

« Toute cause a son effet ; tout effet a sa cause ; tout se passe conformément à la loi ; La Chance n’est qu’un nom donné à la loi méconnue ; il y a de nombreux plans de causalité, mais rien n’échappe à la loi ».

Cette loi est peut-être la plus importante des 7 lois Universelles, en tout cas en ce qui concerne l’initiation au langage des Oiseaux. Toutes sont primordiales et fondamentales mais celle-ci vis à vis de notre étude revêt un caractère particulier. En effet le hasard, la chance et la coïncidence ont pris une très grande part dans la conscience actuelle d’une majorité. Cela se vérifie avec les multitudes de jeux de hasard, les tendances effrénées à consulter tout ce qui a trait au divinatoire et aux prédictions. Si cela en soi n’est pas forcément négatif, il est impératif de considérer la loi comme un pilier de l’univers. Cela implique d’évincer radicalement, les concepts de hasard, de coïncidence et de chance de notre façon de concevoir et de conscientiser le monde et l’univers.

A. Le Hasard et la Coïncidence

Il n’y a donc aucun hasard, chance, coïncidence à ce que révèle le langage des Oiseaux. Rien n’est fortuit et tout existe parce que tout obéit à ces lois. J’invite ceux qui penseraient que tout ceci n’est valable qu’en français à y voir une erreur parce que, ce que notre langue véhicule ainsi de façon privilégiée est colporté en d’autres termes, par d’autres signes, dans des langages par trop différents du nôtre.

Il est donc totalement nécessaire de ne plus considérer le hasard, la coïncidence comme des forces extérieures qui dirigeraient les évènements de notre vie. Ceci étant, cela met fin également à la destinée, et toute autre considération divinatoire. En considérant le « hasard » ou la « Coïncidence » d’ailleurs, s’effectue un transfert de l’Esprit Créateur vers ce « hasard et cette coïncidence », les rendant de ce fait comme de véritables divinités, possédant ce pouvoir créateur, qui n’obéirait à aucune loi…

Imaginez maintenant le monde dans lequel nous vivons, votre propre vie comme le fruit, non pas du hasard, mais d’une multiplicité de causalités, qui entrainent des conséquences directes sur tous les évènements que vous vivez.

Ainsi est la vie. En abolissant l’excuse du hasard, tous les évènements se transforme d’adversités ou bonheurs, en enseignements et joies. Ces évènements nous apprennent la responsabilité de nos pensées et de nos actes, parce qu’ils sont porteurs d’un potentiel créateur. Nous vivons dans le monde que nous créons. Lisez les propos de 2Martine Castello et Vahé Zartarian ou de Jean-Pierre Garnier Malet, sur le pouvoir créateur de la pensée que nous avons, et vous en mesurerez l’immensité.

__________________________

2Martine Castello et Vahé Zartarian : site web : https://www.co-creation.net/index.html auteurs du livre « Nos Pensées Créent le Monde » – Vahé ZartarianMartine CastelloEAN9782915164022 – 364 pages – JMG Editions (01/11/2003).

B. Analyse des mots « hasard » & « coïncidence » par la langue des Oiseaux

Ainsi, j’écoute bien souvent autour de moi des personnes qui ayant eu accès à quelque savoir à propos de la langue des Oiseaux, mettent en avant des termes comme : Essentiel c’est « l’essence du Ciel », ou « l’Âme agit » pour « la Magie », et encore « l’Âme à Tiers » pour « la Matière » … Tous ces termes ont effectivement une réalité en langue des Oiseaux mais à quoi servent-ils dans la vie quotidienne ? Que deviennent-ils une fois écrits sur une page de site web, et que devient leur réalité dans la vie de tous les jours s’ils ne restent que des concepts… ?

Ils ne valent guerre plus que quelque savoir ou philosophie mis en boite par d’autres, et que l’on sert réchauffés à quelques-uns qui viennent chercher dans un tourisme spirituel quelque nourriture exotique…

Dès lors on peut se demander à quoi sert de dire « l’Âme agit » pour « la magie », si l’on ne sait pas ce qu’est l’Âme, quel est son principe, d’où vient-elle et pourquoi est-elle là, à nous habiter jusqu’au plus profond de nos cellules ? De même quand on lance « l’Âme à Tiers » pour « la Matière », sait-on toujours pourquoi cela est ainsi, quel est le processus qui engendre cet état de fait, et pourquoi est-ce ainsi ?

Beaucoup, qui avancent ce type de « connaissance » n’ont pas les explications qui permettent de les mettre en avant. Si l’on ne sait pas le processus des choses, si l’on ne comprend pas d’où provient tel ou tel phénomène, sans entrer dans le détail physique ou alchimique, on laisse une place au non expliqué, qui devient une excuse pour laisser entrer le hasard ou son pendant : la nécessité.

Voyons maintenant une analyse en langue des Oiseaux des mots : Hasard et Coïncidence :

Hasard :

Premièrement il ne s’agit pas d’un mot qui appartient au français, et n’a donc pas de racine latine, il provient de l’arabe au travers de l’espagnol, et signifie Dé, comme l’indique le dictionnaire. Analysons donc Dé : et nous obtenons D de la Dualité et É qui est l’expression sur les Trois plans (Céleste – Humain -Terrestre) du Verbe manifesté. Nous voyons donc déjà qu’il n’y a plus de « hasard » puisqu’il s’agit des mêmes principes que ceux qui gouvernent la réalité. Voyons donc le suivant.

Coïncidence :

La langue des Oiseaux dira : CO UN CI DENSE – cela signifie que Co (Le Créé – Principe féminin manifesté) et le Ci (Le Créé – Principe masculin manifesté) en devenant « un » (dualité des opposés placé entre Co et Ci) créent le Dense, ou la matière. La langue des Oiseaux dira aussi Qu’ils « Dansent » puisqu’ils manifestent le Créé et qu’il s’agit d’un jeu d’alternance, d’Union et d’Amour entre eux…

Vous voyez là qu’il n’y a pas de différence entre ces mots qui expriment tous la même réalité quant à la création manifestée par l’union des deux principes opposés dont ils sont à l’origine. Il n’y a pas d’intervention d’une force autre qui serait mentionnée dans ce processus créatif.

Afin d’entendre la langue des Oiseaux il faut entendre l’Envers du Réel et le processus créatif.

J’en termine ainsi avec le hasard, la coïncidence et toute autre excuse de chance ou malheur qui résulte toujours d’une incompréhension de la loi de Causalité… Rien n’est hasard, rien n’est produit en dehors de la trinité des processus liés aux polarités opposées qui s’unissent. Ce qu’il convient de comprendre c’est notre place dans ces processus. C’est notre pouvoir créateur, parce que c’est lui qui nous fait vivre ce « karma », qui d’ailleurs dans le bouddhisme est totalement lié à l’individu et non à des forces extérieures. Ce « Karma » est aussi parfois lié à quelque dette à payer dans cette existence, comme le reliquat d’existences passées qu’il nous faut nettoyer. Nous possédons quelques outils à notre disposition pour les mettre en lumière et les appréhender comme il se doit (numérologie karmique tibétaine par exemple qui n’est pas divinatoire mais se base sur des nombres particuliers qui évoquent des dettes karmiques existantes).

Ainsi en comprenant notre pouvoir créateur, notre rôle dans le Créé, notre dualité, et ce qu’elle implique, nous devenons maîtres de l’avenir, parce que cet avenir, c’est nous qui le construisons et non pas quelque destinée obscure qui viendrait de quelque force sournoise contenue dans un dé. Rien de ce qui arrive ou existe n’est fruit du hasard !

VII – Septième loi : Loi du Genre

« Il y a un genre dans toutes choses ; tout a ses principes masculins et féminins ; le genre se manifeste à tous les niveaux ».

Cette loi ne nécessite pas beaucoup d’explications parce qu’elle est une évidence dans nos vies. Tout est genré, d’une manière ou d’une autre. Ce qu’il est intéressant de remarquer, c’est qu’il faut considérer les principes Féminin et Masculins à tous les niveaux, c’est à dire dans les trois plans : Terrestre, Humain mais aussi Céleste.

Cette loi du genre des 7 lois Universelles, se manifeste directement dans le langage des Oiseaux, puisqu’il existe des analogies qui épousent le genre original des concepts évoqués.

Par exemple le « O » sera le féminin Céleste. Lorsque Terrestre il deviendra « Eau ». Cependant et selon le contexte il pourra aussi définir le « Haut » qui est relatif au Céleste dans ses deux principes de genre.

Le « i » sera lui un principe masculin terrestre, c’est un 1 – « un » qui évoque la procréation par un point qui symbolise l’éjaculation et la fécondation.

En règle générale dans la forme des lettres, les courbes sont féminines, comme dans le D de la Dualité, et la barre verticale est masculine, ils se rejoignent à leurs extrémités pour former la lettre D, symbole de l’union des deux principes.

Ce qu’il faut retenir des Lois Universelles et le langage des Oiseaux

Il s’agit d’une étude très importante dans cette initiation au langage des Oiseaux. En effet maîtriser la compréhension de ces Sept lois est essentiel afin d’entendre ce qui se cache parfois dans les mots à l’aide du langage des Oiseaux. Entendre la Dualité, cette réalité duelle dans tout ce qui existe, permet d’en voir, grâce au langage des Oiseaux les deux faces, par un apport de sens venu de l’Envers du Réel vers son Endroit où nous existons. Enfin la notion de Hasard doit être reconsidérée comme une incompréhension de la loi de Causalité et ne plus intervenir dans notre conscience du Réel, ni de l’inconscient d’ailleurs.

Les Sept Lois universelles sont autant de Clefs que l’Endroit vous offre pour clôturer cette deuxième Étape.

Il nous faut maintenant passer à la Troisième Étape : L’Envers du Réel de la Création


1ère Étape2ème Étape3ème Étape

%d blogueurs aiment cette page :